Fri. Oct 7th, 2022


LONDRES – Le créateur de mode basé à Londres, Daniel Gayle, sort des coulisses de la mode et se place sous les projecteurs, en mettant l’accent sur la durabilité.

Son label, Denzilpatrick, est basé à Peckham, au sud de Londres, et réalise deux collections par an. Il travaille exclusivement avec des tissus invendus, des vêtements vintage et des matériaux recyclés tels que le cuir, le polyester et la dentelle. Il utilise une entreprise à Dartford, également dans le sud de Londres, qui récupère les déchets de cuir industriels et les transforme en une pâte pouvant être achetée en feuilles, ce qui signifie qu’elle est recyclée à 96 %.

Il admet que produire de faibles volumes signifie que sa gamme de prix est supérieure à celle des marques de la rue principale, mais cela n’a pas affecté les commandes, car le cachemire s’est vendu.

“Pour le printemps, nous avons poussé l’idée de nous amuser un peu plus en fabriquant des slips en cachemire et ils se sont vendus, un magasin à Ibiza a pris une commande”, a déclaré Gayle, qui a commencé sa carrière dans les salles de coupe de Jonathan Saunders, Victoria Beckham, Phillip Lim, Kenzo sous Humberto Leon et Carol Lim, et Felipe Oliveira Baptista.

Les accessoires sont une section plus petite de la marque que Gayle espère garder cohérente pendant que le prêt-à-porter se développe. Pour les bijoux, il a trouvé une petite communauté au Pérou et en Équateur qui sculpte des noix de tagua et les trempe.

denzilpatrick

Denzilpatrick utilise des tissus invendus, des vêtements vintage et des matériaux recyclés tels que le cuir, le polyester et la dentelle.

VIVEK VADOLIYA / Avec l’aimable autorisation de Denzilpatrick

L’entreprise s’est développée si rapidement qu’à partir de la collection automne 2022, Gayle s’étendra au-delà de son modèle de vente directe et embauchera son premier revendeur, qu’il a refusé de nommer car l’affaire n’est pas encore conclue.

Auparavant, il vendait directement via le site Denzilpatrick.

Dans une interview, il a confié qu’il avait toujours voulu lancer sa propre marque, « mais j’ai toujours eu le syndrome de l’imposteur. Je ne pensais tout simplement pas que ces choses étaient vraiment là pour moi, ayant grandi dans une famille ordinaire de la classe ouvrière », a déclaré Gayle, qui a suivi une formation de danseuse de ballet à l’Académie Urdang de Covent Garden.

Il a nommé son label en l’honneur de ses grands-pères immigrés, Denzil et Patrick, qui ont respectivement déménagé à Londres depuis la Jamaïque et l’Irlande, car il ne voulait pas que le récit soit entièrement centré sur lui.

“Je voulais que ce soit un peu déconnecté de moi pour que tout le monde puisse voir qu’il y avait une histoire au-delà de moi, et c’était à propos du choc de ces deux cultures”, a-t-il déclaré.

Créateur de mode basé à Londres Daniel Gayle

Créateur de mode basé à Londres, Daniel Gayle.

Avec l’aimable autorisation de Denzilpatrick

Au début de la réflexion sur ce que pourrait être sa marque, il a commencé par s’interroger sur le mode de fonctionnement du système de la mode et a réfléchi à la manière dont il voulait se concentrer sur la durabilité, la réduction des déchets et l’approvisionnement intelligent. En même temps, il voulait « un niveau de fantaisie. J’étais autrefois un homosexuel de 13 ans et je puise dans tous ces sentiments qui sont encore présents en moi aujourd’hui.

Gayle est déterminé à ne produire que deux collections par an, et le fait avec l’aide de son mari directeur artistique, James Bosley, qu’il a rencontré dans un studio d’impression à Brixton alors qu’il travaillait avec Jonathan Saunders.

Il a déclaré que ses créations consistaient à trouver les pièces de puzzle manquantes dans la garde-robe d’un homme et que son objectif final était de créer un uniforme Denzilpatrick.

« Il s’agit de la mise au point et du montage. Il y a des choses que nous développons constamment, que nous avons commencées lors de la première saison et que nous n’avons réussies qu’à la troisième saison », a-t-il déclaré, ajoutant que la bonne adaptation a été un moment fort pour lui.

Même si le cœur et les affaires de Gayle sont à Londres, il a présenté ses deux dernières collections à Paris et continuera à montrer en France, qui, selon lui, reste la meilleure plate-forme pour promouvoir sa marque.